Quelles sont les infections de la Maladie de Lyme ?

Dernière mise à jour : 28 nov.

L'infection Babesia

La babésiose est une infection causée par un parasite qui ressemble à celui de la malaria et qui infecte les globules rouges. Il est possible, bien que cela soit rare, de contracter la babésiose lors d’une transfusion de sang contaminé.

Elle peut par contre être fatale aux personnes qui n’ont pas de rate, aux personnes âgées et aux personnes qui ont un système immunitaire affaibli, mais elle est parfois si bénigne qu’on ne la remarque pas..

Les symptômes de la babésiose ressemblent à ceux de la maladie de Lyme et commencent souvent avec une forte fièvre et des frissons.

Certains symptômes peuvent inclure une pression artérielle basse, des problèmes hépatiques, une anémie hémolytique grave (dégradation des globules rouges) et une insuffisance rénale.

Les symptômes récurrents :

  • fatigue

  • maux de tête

  • sueurs importantes et nocturnes

  • douleurs musculaires

  • nausées

  • vomissements

​​Le diagnostic se fait en plus de l’examen clinique par un test PCR.

Le traitement associe des antiparasitaires et des antibiotiques.

En phytothérapie, l’artémésia annua a démontré son efficacité.

Les infections présentes depuis longtemps peuvent nécessiter un traitement sur plusieurs mois. Des rechutes peuvent toutefois survenir et doivent être soignées.



L'infection Bartonella

Les Bartonella sont des bactéries qui vivent à l’intérieur des cellules qui peuvent infecter les êtres humains ainsi que de nombreux animaux. Certaines espèces de Bartonella n’entraînent pas de maladie chez l’être humain. Les chats sont les principaux porteurs de cette bactérie connue sous le nom de maladie des griffes du chat, l’endocardite et de nombreuses autres maladies graves pour l’être humain.

Les puces, les tiques et les poux corporels sont porteurs de Bartonella.

Les symptômes courants :

fièvre et fatigue

maux de tête

manque d’appétit

rougeurs inhabituelles striées

hypertrophie glandulaire (surtout au niveau de la tête, du cou et des bras)

douleurs abdominales basses

hypertrophie des ganglions lymphatiques

maux de gorge

​​

Le diagnostique

Il est difficile de diagnostiquer l’infection Bartonella. On effectue généralement des analyses PCR (Réaction de polymérisation en chaîne), des analyses de sang de base et des prélèvements tissulaires mais les résultats faussement négatifs restent problématiques.

Le traitement

L’érythromycine et la doxycycline ont toutes les deux produits de bons résultats mais les experts préconisent que les adultes soient traités avec de la lévofloxacine et que les enfants de moins de 18 ans soient soignés avec de l’azithromycine.


L'infection Erchiliose, Anaplasmose

L’ehrlichiose est une maladie causée par différentes espèces d’Ehrlichia. L’anaplasmose est causée par l’Anaplasma phagocytophilum.

L’ehrlichiose portait le nom d’EHM, ehrlichiose humaine monocytaire et l’anaplasmose était appelée EGH, ehrlichiose granulocytaire humaine.

Des études indiquent que dans les zones endémiques 15 à 36% de la population humaine est infectée même si certaines personnes ne savent pas qu’elles ont contracté l’infection.

La maladie peut être de gravité variable : elle peut être bénigne ou mortelle. Les personnes gravement malades peuvent avoir un faible taux de globules blancs, une faible numération plaquettaire, de l’anémie, des enzymes hépatiques élevées et une insuffisance rénale et respiratoire. Les personnes plus âgées ou les personnes qui ont un dysfonctionnement du système immunitaire doivent être souvent hospitalisées.


Les symptômes les plus fréquents :

  • Apparition brutale d’une forte fièvre

  • Fatigue

  • Douleurs musculaires

  • Maux de tête

Il est difficile de diagnostiquer l’ehrlichiose car les analyses qui sont actuellement disponibles ne peuvent identifier que deux espèces du parasite. Les parasites Ehrlichia se multiplient à l’intérieur des cellules hôtes et forment de gros amas ressemblant à une mûre que l’on appelle « morulae » et que l’on remarque parfois dans un prélèvement sanguin. Il se peut toutefois que l’infection ne soit pas détectée. Le diagnostic de l’anaplasmose se fait habituellement par test PCR

Les médecins identifient et diagnostiquent parfois l’ehrlichiose et l’anaplasmose lorsque les patients ne réagissent pas bien au traitement administré pour la maladie de Lyme.

Le meilleur traitement pour l’ehrlichiose et l’anaplasmose est la doxycycline. On recommande parfois la rifampicine si le traitement ne fonctionne pas.



Les autres fièvres, virus et infections

LES FIÈVRES RECURRENTES

Elles sont dues à des bactéries de la famille des borrélias telles que la duttoni, la parkerii et la hermsii. Les symptômes peuvent être les suivants : forte fièvre aiguë, violents maux de tête, frissons, fatigue et douleurs musculaires. Le traitement par antibiotique s’impose.


LES MYCOPLASMES ET LES CHLAMYDIAS

Les mycoplasmes et les chlamydias sont de petites bactéries intracellulaires qui perturbent le système immunitaire. Ils peuvent être traités avec des antibiotiques.

Les symptômes peuvent être les suivants : fatigue, symptômes musculo-squelettiques et problèmes cognitifs, atteintes urinaires et génitales, atteintes pulmonaires.

Le traitement par antibiotique de la famille des tétracyclines ou des macrolides est préconisé. Certaines formes sont des infections sexuellement transmissibles, utiliser un préservatif lors des rapports sexuels


LE VIRUS DE POWASSAN

Le virus de Powassan provoque l’encéphalite à tiques (TBE). Dix pour cent des patients infectés meurent. Les personnes qui survivent auront des lésions souvent irréversibles.

Les symptômes peuvent être les suivants : fièvre, convulsions, maux de tête, désorientation, léthargie, coma partiel et paralysie.


LA FIÈVRE Q

La fièvre Q est causée par la bactérie Coxiella burnetii. Le bétail, les moutons et les chèvres en sont porteurs. La doxycycline reste le meilleur traitement.

Les symptômes possibles sont : forte fièvre, pneumonie et fonction hépatique anormale.


LA FIÈVRE RÉCURRENTE À TIQUES

La fièvre récurrente à tiques est causée par la bactérie Borrelia hermsii. Les “tiques molles” de l’ouest des États-Unis et de la Colombie-Britannique en sont porteuses. Elle se caractérise par une forte fièvre cyclique.

LA TULARÉMIE

Comme la maladie de lyme, la tularémie est une infection bactérienne, les symptômes possibles sont : ulcères cutanés, tuméfaction douloureuse des glandes lymphatiques, inflammation des yeux, maux de gorge, plaies buccales, pneumonie, diarrhées et vomissements. Elles se soignent par prise d’antibiotiques et est mortelle pour les 30 à 50 % des cas de ses formes typhoïdiques, septicémiques ou pulmonaires, selon l’agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé.


LES ARBOVIROSES

Ce sont des infections virales transmises par une piqûre de moustique ou de tique.

Les symptômes se développent après une phase asymptomatique par une fièvre aiguë à cause d’une multiplication dans les ganglions lymphatiques.

Les symptômes possibles sont : Des myalgies, des arthralgies, une asthénie constante, des nausées, des vomissements et des diarrhées les accompagnent.

Le diagnostic se fait par PCR. Les antiviraux sont préconisés.

LES RICKETTSIOSES

Infection bactérienne, engendrant des séquelles lourdes voire mortelles se manifestent par de multiples symptômes : céphalées, arthralgies, myalgies, tendinites, éruptions cutanées. Adénopathies ( inflammation des ganglions lymphatiques) , arythmie, encéphalites avec des troubles neurologiques et cognitifs graves, coma, hépatite.

LA FIÈVRE POURPRÉE DES MONTAGNES ROCHEUSES

La fièvre pourprée des montagnes Rocheuses est causée par des bactéries Rickettsia. Toutefois, 30% des patients qui ne sont pas traités meurent.

Les symptômes possibles sont : forte fièvre, rougeurs, maux de tête et hémorragies.

Le traitement préconisé est les antibiotiques tels que les tétracyclines, les macrolides la rifampicine sont les plus efficaces.

LES CANDIDOSES

La candidose est une mycose, due à une levure appelée candida, faisant partie de la flore normale du tube digestif et de la muqueuse vaginale. Une dizaine d'espèces de candida sont potentiellement pathogènes pour l'homme mais c'est candida albicans qui est la plus fréquemment retrouvée. C’est une infection opportuniste qui se développe chez les personnes immunodéprimées. Les principaux symptômes sont des rougeurs cutanées surtout au niveau des plis, des démangeaisons cutanées et des muqueuses, muguet, troubles digestifs , fatigue, troubles psychologiques. Le traitement préconise en premier lieu un régime sans sucre ( les candidoses se nourrissent de sucres),des probiotiques et des crèmes antimycosiques et des traitements oraux tels que triflucan ou fungizone.

LES VIRUS, LES PARASITES

Les virus : il en existe de très nombreux, les plus fréquemment retrouvés sont ceux de la grande famille de l’herpès, à l’origine de l’herpès simplex (buccal : le fameux bouton de fièvre, ou génital), du zona, de la mononucléose infectieuse (virus d’Epstein-Barr) et le cytomégalovirus (CMV).

Les parasites : il en existe également de très nombreux : oxyures, ascaris, ankylostomes, tricho- céphales, anguillules, tænias, giardias, trichine, amibes, trichomonas, lamblia...



4 vues0 commentaire